Retour à la liste des articles

Jouer du piano sans regarder ses mains ?

Doit-on absolument cesser de regarder ses mains pour devenir un pianiste accompli ? Les avis sont partagés sur le sujet, et force est de constater lorsque l’on regarde des musiciens jouer que l’on peut être aussi virtuoses le regard posé sur la partition que sur le clavier.

Powered by RedCircle

Les mains ou la partition ?

Je joue souvent par cœur parce que je ne suis pas très bonne en lecture de notes… De fait, je regarde mes mains. Mais, si je relève le nez sur ma partition parce que j’arrive à une mesure que je ne suis pas sûre de bien connaître, je suis perdue dans les portées…

A l’inverse, lorsque l’on joue en lisant sa partition, il est parfois nécessaire de regarder ses mains, ou tout au moins d’y jeter un œil rapide, lorsque le morceau présente des difficultés comme de grands écarts ou des sauts par exemple. 

Il semblerait donc que la réponse à regarder ses mains ou sa partition soit : les deux !

 

La mémoire dans les mains

Et comme presque toujours dans la pratique du piano, la solution est le travail ! Pour parvenir à ne pas regarder ses mains lorsque l’on joue, il convient d’entraîner ses doigts à connaître le clavier. A force de pratique, les doigts et les mains mémorisent les intervalles et savent trouver les bonnes touches. 

Pensez à la conduite : nul besoin, heureusement, de regarder ses pieds pour trouver les pédales ! D’accord, il n’y en a que trois… Néanmoins, le processus me semble similaire : nous ne regardons jamais nos pieds en conduisant, nous ne tâtonnons pas pour trouver le frein en quittant l’accélérateur. Le corps a mémorisé la distance que le pied doit couvrir entre les deux et l’action associée à chaque pédale. De même pour la main et le levier de vitesse : non seulement le bras se tend automatiquement à la bonne distance pour saisir le levier, mais vous passez 1, 2, 3, etc. sans regarder le schéma du pommeau.

 

On s’exerce

A force d’exercice, il en sera de même au piano. Il faut commencer simple en jouant des notes conjointes sans regarder : faire des gammes et des arpèges. Puis on introduit des écarts. Vous trouverez tous les exercices nécessaires dans le Hanon, fidèle bien que sévère compagnon de l’apprenti pianiste. Ensuite on choisit des morceaux très faciles et sans déplacement et on augmente lentement la difficulté. Bien sûr votre professeur de piano pourra vous accompagner. Et petit à petit, votre corps va mémoriser le clavier et vous pourrez même tenter les sauts et atterrir sur la bonne note ! Patience et longueur de temps, comme toujours… 

 

Alors oui, il y a plusieurs écoles. Mais finalement, jouer du piano sans regarder ses doigts ou sans regarder sa partition, c’est dans les deux cas s’affranchir d’une contrainte matérielle et se concentrer sur le ressenti. N’exacerbe t’on pas ses autres sens quand on est privé de l’un ? Personnellement, mon maître mot étant le plaisir, je conseille a chacun d’expérimenter et de trouver ce qui lui convient le mieux. Évidemment, s’entraîner à tout permet d’ouvrir le champs des possibles et pourquoi pas, d’alterner en fonction des morceaux, de votre humeur, de la situation.

Et il est des pianistes qui n’ont pas le choix et qui restent de grands talents.

 

Retrouvez tous nos conseils sur le piano en vous rendant sur notre blog !

Trouvez votre professeur de piano sur notre plateforme-école Unizic !


Partager cet article sur
  • Partager cet article sur linkedin
  • Partager cet article par email
Orientation non prise en charge

Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.