Retour à la liste des articles

Pour débuter à la guitare, surveillez votre pouce gauche !

La tenue du manche de la guitare est une difficulté récurrente chez les débutants, certains mouvements et positions semblent alors hors de portée. Quelques conseils pour atteindre un confort de main gauche et aller vers la dextérité.

Powered by RedCircle

Une position peu instinctive

Débutants et aspirants, quel que soit le style de musique que vous souhaitez jouer, lors de vos premières tentatives, vous sentez de l’inconfort à la main gauche (pour les droitiers, main droite pour les gauchers, celle qui tient le manche)

Quand un accord pourtant simple vous pose problème, vous vous contractez d’un peu partout avec la sensation de tirer sur vos doigts. L’expression « jouer de la guitare » ne correspond plus du tout à ce que vous ressentez. C’est un effort, au mieux un sport de haut niveau, au pire une torture.

Chacun est différent et a ses réflexes propres face à un instrument de musique. Celui-ci est très commun. Nous avons tous en tête nos guitaristes préférés et leur façon personnelle de se tenir, de gratter, et on dirait bien qu’ils tiennent leur guitare à pleine main, avec la paume. Aussi en tant que professeur de guitare, j’ai très souvent dû insister sur l’importance du placement du pouce. C’est lui le pilier et le pivot de votre main gauche (de droitier).

 

Seuls les doigts jouent de la musique

Faîtes l’exercice de motricité bien connu consistant à toucher l’extrémité de chaque doigt un à un avec l’extrémité du pouce. Si cela vous confère une gestuelle un peu snob, c’est que vous êtes sur la bonne voix. Mis à part les barrés et quelques accords particuliers, dans un premier temps, c’est toujours l’extrémité des doigts qui presse les cordes. Ceux-ci s’appuient, sous le manche, sur la dernière phalange du pouce. Cette large et longue phalange est posée à plat sur l’arrondi du manche. 

Si un écart de doigts vous paraît difficile, au lieu de vous contorsionner le poignet, le bras, l’épaule puis le dos (je vous vois d’ici), faîtes plutôt glisser votre pouce sur le manche. Quand ce genre de difficulté arrive, décontractez tout votre corps, il n’a besoin que d’être stable, les pieds posés à terre, les fesses au bord de la chaise, l’épaule gauche relâchée, le dos à peu près droit (vous jouerez dans votre lit plus tard) et décoller de votre manche toute partie de la main qui n’est pas le pouce ou le bout des doigts. L’inconfort et la difficulté seront apaisés par l’adaptation permanente de votre pouce qui équilibrera les forces.

La position idéale du pouce, où se trouve-t-elle ? Au feeling. Si vous pensez et voyez votre pouce comme un pilier, vous trouverez une position qui vous convient. Au début, il faut surtout se le rappeler : « Oh, que suis-je étourdi ? J’ai encore serré le manche avec ma paume ! Oh, j’ai plié mon pouce ! »

 

Le pouce comme contrepoids

D’une manière générale, on peut dire que le pouce se déplace en symétrie avec le doigt que vous avez du mal à placer. C’est-à-dire que plus vous écartez votre quatrième doigt (le petit de la main gauche – des droitiers), plus votre pouce s’écarte dans l’autre sens, donc vers le haut du manche. Dans le sens de la largeur, de la même manière, si vous jouez sur les cordes aiguës, votre pouce sera vers vous, au bord du manche alors que si vous touchez les basses, il va naturellement « reculer » et se retrouver sur le « dos » du manche. 

Pour les fameux et redoutés barrés, la dernière phalange du pouce est à plat, « face » à l’index, qui appuie de tout son long sur plusieurs cordes. Si ça vous provoque une crampe dans le muscle du creux du pouce, c’est bon signe. Ce muscle gagnera en force et solidité très vite avec une pratique régulière et vos accords en stabilité.

 

Pour vous convaincre, faîtes un test : posez votre paume au dos du manche puis regardez jusqu’où vos doigts peuvent aller, puis réessayer avec le pouce comme pilier et pivot. C’est radical. Le pouce en pivot, c’est la stabilité, l’agilité, mais surtout la liberté de mouvement.

 

Bien désobéir

Alors bien sûr avec le temps et l’expérience, vous trouverez un confort général sur la deuxième voire la première phalange du pouce (surtout pour les manches très fins de guitare électrique ou acoustique).  Et là, les débutants croiront vous voir tenir le manche à pleine main par pression de la paume. Mais même guitariste confirmé, dans les cas difficiles, remettez-vous en toujours à la fiabilité de la dernière phalange de votre pouce. Ensuite, peut-être, en guitare acoustique ou électrique, vous surprendrez-vous à utiliser votre pouce sur le Mi basse comme vous l’avez vu faire ailleurs. Mais plus tard.

 

Pour aller plus loin, un bon enseignement de la prise en main du manche :

 

 

Vous souhaitez vous mettre à la guitare ? Trouvez votre professeur sur la plateforme Unizic !

Retrouvez tous nos conseils sur notre blog.


Partager cet article sur
  • Partager cet article sur linkedin
  • Partager cet article par email
Orientation non prise en charge

Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.