Retour à la liste des articles

Les deux pièges que tous les guitaristes devraient éviter

Devenir un bon guitariste réside en grande partie dans votre capacité à entretenir un subtil équilibre entre la passion - ce qui vous fait vibrer - et la discipline, qui vous fait avancer. Le souci avec une passion mal maîtrisée, c’est qu’elle vous fait vite partir dans tout et n’importe quoi, pendant que votre vrai niveau stagne désespérément. A vouloir devenir bon en tout, on finit bien souvent par devenir bon en rien. Petit topo des pièges à éviter.

Powered by RedCircle

Piège 1 : S’éparpiller

La curiosité a cela de fascinant qu’elle est dans le même temps votre meilleur allié comme votre pire ennemi. Elle est ce qui vous pousse à digger des artistes, sonorités et techniques qui vous font progresser, développer un jeu varié et unique. Plus important encore, c’est cette même curiosité qui crée la passion qui vous anime ou vous animera en tant que guitariste et plus généralement en tant qu’artiste. Mais elle s’avère aussi être – effectivement – un vilain défaut. Ne pas se cantonner à un style unique, aller chercher et travailler de nouvelles techniques est un objectif louable…

Tant qu’il reste mesuré. Si vous partez dans tous les sens, vous n’avancerez dans rien et vous vous retrouverez découragé, en plus d’avoir perdu votre temps. Et l’époque est plus que jamais propice à cela : l’abondance de contenus courts et catchy dès que l’on allume son smartphone peuvent vite vous disperser, pour peu que vous soyez déjà distrait de nature (et vous l’êtes certainement dans une certaine mesure).

Et si vous ne faites pas attention, vous vous retrouverez dans trois mois avec trois notions de Bottleneck, deux gammes de jazz et une maîtrise très hasardeuse d’une intro en tapping acoustique d’Andy Mckee. Mais vous ne saurez toujours pas jouer. La passion est donc comme une flamme qu’il faut s’efforcer d’entretenir et en même temps de garder sous contrôle pour ne pas vous éparpiller et rendre vos heures d’apprentissage aussi inutiles que plaisantes.

Piège 2 : Collectionner les guitares et les gadgets

Au détour de soirées et concerts, je fais régulièrement la connaissance de guitaristes en carton herbe avec qui je discute volontiers de leur pratique, leur glissant quelques conseils lorsqu’ils me les demandent. Je ne vous mens pas en vous disant que 9 fois sur 10, la conversation tourne très rapidement – et certainement pas à mon initiative – autour du … matos. Telle guitare à micros actifs 7 cordes, tel ampli numérique, tel multi-effets avec 17 réglages de delay différents, et j’exagère à peine.

Au risque de rappeler une évidence : aucune lacune technique ne se rattrape en empilant des guitares et des gadgets. Au mieux vous pourrez faire l’illusion d’un jeu plus ou moins propre avec un noisegate, mais je ne vois pas d’autre exception à cette règle.

Si un instrument de qualité facilite votre jeu et vous donne en plus l’envie de pratiquer plus souvent, le matériel reste accessoire, seule votre pratique déterminera votre niveau.

 

Retrouvez  tous nos articles sur la guitare sur notre blog !

Trouvez votre professeur de guitare sur notre plateforme-école Unizic !


Partager cet article sur
  • Partager cet article sur linkedin
  • Partager cet article par email
Orientation non prise en charge

Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.